Protocole Gare coeur d’Agglo

Un protocole pourquoi faire ?

Depuis 2009, les villes de Creil et de Nogent-sur-Oise, la Communauté de l’Agglomération Creilloise, le Conseil Régional de Picardie, le Conseil Général de l’Oise, Réseau Ferré de France, SNCF et le Syndicat Mixte des Transports Collectifs de l’Oise  ont signé le protocole « Gare Coeur d’Agglo » visant à faire émerger un projet urbain fort autour de la gare de Creil.

Cette ambition traduit à la fois la volonté de valoriser l’étoile ferroviaire de Creil et d’anticiper la liaison Roissy Picardie qui mettra d’une part l’agglomération creilloise à 20 minutes en train du pôle de Roissy, l’agglomération de Compiègne à 48 minutes, et qui positionnera Creil et Amiens sur le réseau à grande vitesse français, d’autre part.

Quel rôle pour Oise-la-Vallée ?

Dès l’origine, compte-tenu des nombreux partenaires impliqués, l’Agence d’urbanisme de la vallée de l’Oise accompagne les collectivités dans un rôle de coordination et d’animation, pour faire de ce protocole un lieu d’échange et de mutualisation.

Parallèlement, Oise-la-Vallée met toute son expertise d’Agence d’urbanisme au service de cette démarche pour notamment alimenter les réflexions. C’est ainsi que deux études ont été réalisées par l’Agence (De la gare au projet urbain. Analyse de la gouvernance ; La problématique du franchissement des emprises ferroviaires) et qu’un voyage d’étude a été organisé à Mulhouse et Bâle en mai 2013 (pour tout savoir sur ce voyage, cliquez ici)

 

Vers la naissance d’un plan guide

Après une première phase préparatoire qui a vu la réalisation de plusieurs études menées par les différents partenaires (un schéma du patrimoine ferroviaire par Réseau Ferré de France, une étude de définition du futur Pôle d’échange Multimodal par le Syndicat Mixte des Transports Collectifs de l’Oise, etc.), une procédure de recrutement d’une équipe d’architectes urbanistes a été lancée en 2012.

C’est l’équipe ANMA, composée notamment de Nicolas Michelin, en compétition avec SEURA et Reichen&Robert dans le cadre d’un dialogue compétitif, qui a été choisie. Celle-ci a pour mission désormais de faire émerger un plan guide.

Conformément au cahier des charges fixé par les acteurs locaux, ce plan guide devra intégrer un franchissement du faisceau ferroviaire au niveau de la gare de Creil au moyen d’une passerelle dont les caractéristiques techniques restent encore à définir, mais qui devraient permettre a minima au voyageur de pouvoir accéder à Nogent-sur-Oise sans devoir contourner les larges emprises ferroviaires qui constituent aujourd’hui une rupture urbaine forte sur le creillois.

Concernant les premières orientations du Plan Guide, l’équipe ANMA a proposé la réalisation de corridors verts permettant aux individus d’accéder aux espaces naturels et agricoles très riches du Creillois. Cette orientation très forte et conforme aux orientations du SCoT du Grand Creillois réalisé par Oise-la-Vallée, devrait permettre de remodeler et d’aérer l’espace urbain et ainsi de le rendre plus attractif.

Alors que le Creillois est un territoire fortement segmenté d’un point de vue aussi bien social que fonctionnel, l’objectif de ce projet est de faire du territoire un espace mixte, accueillant une population diversifiée, mais aussi proposant des espaces urbains mêlant habitat, activité, services et commerces de proximité.

Complément d’informations sur www.agglocreilloise.fr

Groupe de travail Espaces publics

Dans le cadre des groupes de travail thématiques devant alimenter le travail de l’Agence ANMA, Oise-la-Vallée a réalisé un important travail de diagnostic concernant les espace publics localisés à proximité de la gare de Creil.

Ce travail a été réalisé en partenariat avec les communes de Creil et de Nogent-sur-Oise, la Communauté de l’Agglomération Creilloise, le CAUE de l’Oise  et le Conseil régional de Picardie.

Le diagnostic a été poursuivi par un certain nombre de propositions d’action qui ont toutes eu pour objectif de mieux lier les espaces entre eux et d’offrir un partage de l’espace public plus juste, en faveur des piétons.

D’une manière générale, il s’agit de permettre aux habitants de se réapproprier leur territoire.